Thierry Germain «être vigneron, ce n’est pas ramasser des cerises.»

Après l’époustouflant millésime 2013, Thierry Germain persiste et signe. Son 2014 promet une belle gourmandise et beaucoup de croquant. Depuis près de quinze ans qu’il cultive et vinifie ses cabernets francs et ses chenins, ce vigneron survolté a fait du chemin.

CDV-201501_v02_9-4

 

«être vigneron, ce n’est pas ramasser des cerises.»

La bio puis la biodynamie, la pureté et l’équilibre des matières : les progrès sont tangibles, salués par la critique qui s’accorde à dire que Thierry Germain a rejoint le cercle très fermé des icônes de Saumur et Saumur-Champigny. Forcément, derrière une telle réussite se cache beaucoup de travail. « Suivre la nature, c’est bien, encore faut-il l’accompagner ! Il n’y a pas de grand terroir sans un homme dessus ». Des vins de grand éclat, qui vieillissent à merveille, partis pour durer.

Découvrez les vins de Thierry Germain !

L’artiste de la petite arvine ! ALEXANDRE DELÉTRAZ

Ce n’est pas uniquement pour la beauté des paysages qu’Alexandre Delétraz, natif de Genève, est venu dans le Valais.
Désireux de travailler au grand air et de faire ses propres choix, il lui fallait trouver un environnement à sa mesure. Le plus grand vignoble de Suisse et ses 5000 hectares offrait le plus d’opportunités au néo-vigneron.
Alexandre a donc posé ses valises en pente, sur ces coteaux abrupts qu’il doit jour après jour cultiver à la main. Un peu plus de 5 hectares de petites terrasses qui s’étagent jusqu’à 900 mètres d’altitude, éclatées en 120 parcelles cadastrales, mais qui lui procurent
une liberté infinie.

201503_vigneron_ban_470x394

« Fully est l’unique commune viticole qui repose sur des gneiss des sols extrêmement durs, pauvres et filtrants, très sensibles à la sécheresse ». Il faut irriguer, obligatoirement, les précipitations étant rares dans la contrée.

Et fournir un travail de patience et de longue haleine que cet œnologue formé à Changins mène à cœur depuis 2008, sa première récolte. Avec la volonté de faire de grands vins de terroir, Alexandre Delétraz a troqué la facilité pour les cépages autochtones comme la petite arvine, l’humagne, l’amigne, le cornalin, mais aussi le gamay, la syrah et le pinot noir. Ces plants délicats donnent de somptueux vins lorsqu’ils sont conduits avec mesure et petits rendements.

Et permettent de raviver la fierté viticole suisse, qui compte une singularité de cépages et d’expressions uniques au monde.

Retrouvez les vins d’Alexandre Delétraz en ligne : https://www.lacouleurduvin.ch/586-cave-des-amandiers
Texte : VÉRONIQUE RAISIN

Secrets d’Epiphanie

Du Valais au Pyrénées, voyage royal et savoureux

J’aime l’Epiphanie. Il me rappelle ce merveilleux moment quand, enfant, nous «tirions» les Rois. Un parfum de magie flottait à table. Je me souviens du rituel de la découpe : sous une grande serviette de coton blanc, afin que l’on ne puisse pas, par le côté des tranches, entrevoir la fève, sésame pour le sacre. A tour de rôle, nous glissions la main sous la serviette pour attraper la part qui nous revenait et, religieusement, les yeux scintillants à la vu de la couronne en «or» qui trônait au milieu de la table, nous rêvions de devenir le roi de la journée.

QUERIBUS

image: Château de Quéribus, au dessus du vignoble de Mas Amiel

Quel rapport avec le vin? Le souvenir des bouteilles de vins doux qui s’ouvraient pour cette occasion. Leur belle robe dorée semblait assorti à la couronne. On invitait les enfants à «mouiller les lèvres». Initiation à un arcane nouveau, celui des saveurs…. Mais surtout, l’Epiphanie, c’était cette occasion de se délecter d’un vin doux au creux de l’hiver. Et, même s’il se fait parfois capricieux comme cette année, l’hiver s’adoucit de ce moment de partage et de convivialité autour des vins doux. C’est le cas de la Tchupèlètô d’Alexandre Délétraz. Une cuvée 100% Ermitage flétri sur souche, que le jeune et talentueux vigneron de Fully élabore dans sa combe perdue, doux mélange de fruits confits et de parfums de champignons des bois. Les uns opteront pour la tradition d’un Jurançon moelleux, à l’instar de celui que vinifie Jean-Bernard Larrieu, le patoisant du Vic-Bihl, sur les versants escarpés face aux Pyrénées. Toute la rigueur montagnarde adoucie par l’exotisme des Petit et Gros Manseng, que l’on vendange parfois ici jusqu’en décembre. Toujours dans la Grande tradition, comment ne pas citer le Sauternes. Le roi des vins doux même s’il ne fut pas le vin d’un roi comme le Jurançon qui baptisa Henri IV.…Mais quel feu d’artifice que celui de Jean-Noël Belloc : mangue, melon, pâte de fruits séchés, épices… Un Sauternes issu presque exclusivement de sémillon et qui place haut le degré d’accoutumance!

Last but not least, si l’Epiphanie se traduit en Grec par le verbe φαίνω (phaïnò), « se manifester, apparaître, être évident », il est un vin comme une évidence secrète, cachée au fin fond d’un pays de mystère et de tradition. Un vin rare, issu d’une appellation ancestrale, dont on doit la résurgence au courage d’hommes qui surent combattre et imposer leurs idées dans un milieu aride, venteux et farouchement méfiant de l’Autre. Ce vin, c’est le Maury Blanc du Mas Amiel, cet «Autre», c’est Olivier Decelle qui a donné ses lettres de noblesse à ce blanc magique issu du grenache gris. Un vin à la fois minéral et fruité, à la robe aux reflets blonds qui précède un nez de ciste, de pamplemousse et de schiste chauffé par le soleil languissant des soirées catalanes. Un contraste saisissant avec les rouges doux du domaine, une acoustique savoureuse à déguster silencieusement, la tête auréolée de mille secrets cathares. TS

Jusqu’au 11 janvier 2015, -10% sur nos vins doux en stock en magasin.

Les codes symboliques du vrai Champagne

BASE---images-PYRAMIDE

Yves Saint-Laurent dans la tourmente

Reconnaître la qualité d’un Champagne, c’est savoir le déguster et en comprendre les finesses d’élaboration, de terroir et de cépages. Mais reconnaître un vrai Champagne, produit dans la région éponyme, c’est savoir lire son étiquette sur laquelle doivent figurer des mentions obligatoires. Car les contrefaçons sont de plus en plus nombreuse…
Deux minuscules initiales mystérieuses figurent obligatoirement sur l’étiquette. Si vous ne les voyez pas, alors que le mot champagne s’affiche, vous êtes à coup sûr en face d’une contrefaçon. Ces deux lettres sont toujours succédé d’un chiffre et forment ainsi le numéro d’immatriculation professionnelle délivré par le très rigoureux Comité Champagne. Il est à noter que ce dernier est passé maître dans l’art juridique de la protection de la marque dans le monde entier et que ses foudres sont redoutables. Pour rappel, le Comité Champagne a réussi, au terme d’un procès retentissant, à faire annuler le mot «champagne» sur un parfum créé par le Yves Saint-Laurent. Plus proche de nous, le village de Champagne près d’Orbe garde un souvenir cuisant de l’intervention des avocats du Comité. Mais que sont donc ces initiales ?

Les initiales mystérieuses

Ces minuscules initiales déterminent donc l’origine légale de votre bouteille et se traduisent ainsi:
NM : Négociant Manipulant
Personne physique ou morale qui achète des raisins, des moûts ou des vins et assure leur élaboration (méthode champenoise) dans ses locaux et les commercialise. La plupart des grandes marques de Champagne appartiennent à cette catégorie. Historiquement, la pratique voulait que l’on soit propriétaire (vigneron) de parcelles de vignes dont on vendait la récolte au prix du kilo «négocié» avec ses grandes maisons. Leur puissance financière leur permet de stocker et d’assurer une relative qualité de la leur production. Relative car, les dérives marketing et l’appât de la rentabilité laissent apparaitre des fossés de qualité entre grandes maisons. La plupart élaborent de nombreuses cuvées dont le fleuron d’entres elles masquent souvent des simples bruts sans grand intérêt.
Exemple de marque et de sa grande cuvée : la Maison Moët & Chandon a pour fleuron la célèbre cuvée Dom Pérignon.

RM : Récoltant Manipulant
Il assure l’élaboration dans ses locaux, des seuls vins issus de sa récolte et les commercialise. C’est, à l’image d’autres régions viticoles, le vrai visage du «vigneron». La qualité de ses vins s’est fortement améliorée ces dernières années et souffre moins de l’irrégularité.

RC : Récoltant Coopérateur
Il reprend de sa coopérative des vins en cours d’élaboration ou prêts à être commercialisés. C’est, avec les mentions suivantes, la porte ouverte au «tout est possible». Selon les critères de sélections du coopérateur et son envie de rentabilité extrême…

CM : Coopérative de Manipulation
Elle élabore, dans ses locaux, les vins provenant des raisins de ses adhérents et les commercialise.

MA : Marque d’Acheteur
Il achète des vins en bouteilles terminées sur lesquelles il appose, dans ses locaux, un étiquetage. Puis les commercialise.

SR : Société de Récoltants
Quand il s’agit d’une marque qui n’appartient pas au professionnel, mais, par exemple, à son client (supermarché, personnalité célèbre, etc.. qui veut un Champagne à son nom)

Pour en savoir plus

Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le Champagne et, tout particulièrement, découvrir ses secrets de fabrication, ne manquez pas la date du 29 novembre 2014. Dans tous nos celliers, nos professionnels vous présenteront en dégustation gratuite notre sélection Noël 2014 et répondront à vos questions.

Thierry Sozo

Le secret révélé des vins de Bourgogne

BASE---images-BOURGOGNE

Il se produit du vin partout ou presque. Beaucoup ont des odeurs, d’autres des parfums ou des bouquets. Certains ont un peu de goût, d’autres des saveurs particulières. Avec la multitude de cépages, les possibilités d’assemblages et les méthodes d’oenologie modernes, pas facile de s’y reconnaitre et de trouver le Graal: un vin issu d’un grand terroir.

Il est une région unique au monde par l’ancestralité du sien (plus de 2000 ans): La Bourgogne. Ici, en blanc, comme en rouge, seules deux partitions sont possibles: Pinot noir et Chardonnay. Qu’est-ce qui fait qu’un Pommard ne ressemble pas à un Volnay qui lui même est sans commune mesure avec un Nuits-Saint-Georges ? Et bien le terroir, ce fameux terroir dont on parle tant et si peu à la fois. Un terroir qui, à l’instar de celui du Lavaux, est en cours de classement au Patrimoine Mondial de l’humanité sous la houlette d’Aubert de Villaine, propriétaire-gérant du prestigieux Domaine de la Romanée Conti

Car, La Bourgogne offre à l’intérieur même des appellations une mosaïque hallucinante de micro-terroirs qu’elle nomme «climats» : parcelles de terre précisément délimitées, bénéficiant de conditions géologiques et climatiques spécifiques. Ajoutez qu’il existe presque autant de vigneron que de rang de vignes et vous voilà dans la quatrième dimension d’une région viticole unique.

Un viticulteur bourguignon, digne de ce nom, se doit de retranscrire la typicité de chaque origine. C’est un travail d’orfèvre. Tous ne sont pas autant précis. Vous voulez faire un exercice de haute voltige gustative ? Alors, alignez plusieurs bouteilles d’un domaine, par exemple en rouge, (donc tous issus de Pinot Noir), aux terroirs ou climats différents et, pour compliquer le sujet, de la même année. Versez et analysez. Dans le meilleur des cas, subtilités des nuances aromatiques, délicatesses d’une bouche tantôt soyeuse ou alors plus ferme, diversités de styles et complexité seront au rendez-vous. Mais vous pourrez aussi tomber sur de simples pinots que seule l’appellation sur l’étiquette différenciera.…

Cet exercice, coûteux et redoutable, appelé dans le jargon «dégustation horizontale», est le secret pour comprendre la qualité des vins d’un domaine de Bourgogne. Le résultat est sans appel entre la banalité de bouteilles sans plaisir et le ciselage précis de cuvées nobles et fières de leurs origines.

Si l’exercice vous tente, ne ratez pas l’occasion de la vivre en direct le 27 septembre 2014. Pour célébrer le jubilé de notre cellier de Bulle (5 ans), une splendide dégustation de crus de Bourgogne sera organisée toute la journée à Lausanne, Morges, Fribourg et bien entendu, Bulle. Une occasion rare de percer les secrets des vins de Bourgogne. Encore un dernier secret : vous allez être surpris…

Renseignements et programme : www.lacouleurduvin.ch

Salade d’oeuf sans poule aux boulettes de méthane

NEXT_NATURE
Votre rosé préféré au frais, voici une délicieuse recette de salade pour le déjeuner. Simple et fonctionnelle. Vous avez acheté votre laitue chez Combagroup, qui la cultive de manière robotique et aéroponique, et vous allez l’agrémenter de quelques boulettes de méthane de chez Unibio. Le tout accompagné d’une bonne mayo sans oeuf et sans poule de Hampton Creek. C’est quoi ce délire ? Rien, que de la réalité. Des oeufs conçus en labo aux boulettes de méthane, l’alimentation de demain, pardon, de tout à l’heure, sera surprenante et technologique. C’est ce que nous révèle le dossier «nourriture du futur» de la captivante et toute nouvelle revue Technologist, lancée par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

Ne cherchez pas dans votre to-do list l’adresse des épiciers ci-dessus. Pourtant, ces entreprises existent bel et bien. La start-up Hampton Creek Foods, après 1’500 essais et une levée de fonds de 23 millions de dollars, a passé le cap concluant des dégustations pour sa mayo avec oeuf sans poule. Unibio, quant à elle, a trouvé un système de fermentation par bactérie méthanotrophe qui transforme le gaz méthane en protéines. Une fois séchées, les boulettes deviennent consommables. Quant à Combagroup, elle a reçu quelques millions supplémentaires pour finaliser son système d’exploitation de salade hors-sol et racine à l’air libre (aéroponique). Pour quel résultat ? La productivité se retrouve multipliée par…35 ! Si il vous reste un peu de place, vous pourrez goûter au hamburger du néerlandais Mark Post. Un beau morceau de beef synthétique qui a coûté la bagatelle d’environ 250’000 euros. Le principe? La culture de fibres musculaires à partir de cellules souches, car, dixit le scientifique, les hamburgers sont des sous-produits élaborés avec les restes de carcasses. Et le vin dans tout ça ? On se réjouit d’un prochain dossier de Technologist…A en croire certaines rumeurs, les technologies pourraient bien ringardiser les problèmes de grêle et autres maladies que rencontrent les vignerons d’aujourd’hui et les transformer rapidement en néanderthaliens de la viticulture… Allez, à table ! et pour du vin (encore) naturel, c’est par ici…
source: revue Technologist
image: next nature

4 moyens de ne ne pas se tromper en achetant du rosé

images-MA-ROSE

Vilain petit canard des de l’univers du vin de qualité, le rosé fait depuis peu son coming out. Voici quatre moyens de le (re)-découvrir sans se tromper.

1- Choisissez des domaines reconnus. C’est le ba-ba. Quand un domaine est reconnu pour l’ensemble de sa production, il est rare pour ne pas dire impossible qu’il se permette de mettre sur le marché une cuvée de rosé indigne de sa réputation.

2- Ne souffrez pas du soufre. Conséquence du point un, les propriétés réputées travaillent d’arrache-pied pour produire des vins issus de méthode respectueuse de l’environnement. Les raisins récoltés le sont dans un état sanitaire parfait et nécessite donc très peu de protection. A l’inverse, les rosés élaborés avec des raisins de second plan sont autant d’invitation à l’aspirine du lendemain en raison d’un emploi massif de soufre.

3- Ne rêvez pas. Un bon rosé, comme tout autre vin, a son juste prix. S’il appartient à chacun de se fixer ses limites, il n’est pas judicieux de vouloir payer un rosé en dessous d’un vin rouge de qualité. Du reste, l’apparition de rosés dits de «gastronomie», offrant encore plus de complexité et d’aptitude au vieillissement, confirme le regain d’intérêts pour cette couleur longtemps «bâtardisée».

4- Osez le rosé à table. Fort des points précédents, vous allez découvrir des cuvées de rosés qui tiennent la dragée haute à bon nombre de préparations culinaires.
Fini le petit rosé à boire glacé et vive le rosé gourmand, charnu, fruité et complexe, issu de raisins sains, d’origine noble, parfait allié des gourmets les plus exigeants et qui peut s’apprécier au-delà de l’été.

Et si vous voulez passer à la dégustation, c’est par ici…

Coup de Coeur pour notre Châteauneuf-du-Pape

images-BLOG-CH9

Revue du Vin de France – Spécial Millésime 2013 – N°582 juin 2014

*Coup de Coeur* DANIEL STEHELIN – Château Mont-Thabor

Châteauneuf-du-Pape

” Vigneron discret, Daniel Stehelin est d’origine suisse par son arrière-grand-père qui créa le domaine familial dans un ancien relais de diligences. Un domaine de 4,5 ha de vignes à Châteauneuf-du-Pape dont une partie sur le magnifique terroir de la Crau et des Côtes-du-Rhône. Daniel débute en 1977 avec son père qui vendait son vin en vrac. Une pratique qu’il poursuit, tout en proposant du vin à la bouteille. Ce passionné d’alpinisme et de nature cultive son vignoble depuis dix ans selon les principes de l’agriculture biologique. En cave, il n’érafle pas et produit des vins denses, intenses mais toujours fins. Ses 2013 nous ont vraiment séduits. R.P.”

Commander et déguster le Château Mont-Thabor

RVF-CH9

Festival de récompenses pour nos vignerons!

RVF-2013

Dans le dernier numéro Spécial Millésime 2013 de la Revue du Vin de France, N°582 – JUIN 2014, plus d’une dizaine de nos vignerons obtiennent des classements remarquables. Quand on sait la difficulté qu’ont pu rencontrer certaines régions viticoles sur ce millésime, l’évènement revêt une importance toute particulière. Quel que soit l’importance que l’on accorde aux guides et aux notes, il y a néanmoins une constante qui ne trompe pas: la régularité dans les médias spécialisés.

Quand à nous, La Couleur du Vin, le terme “sélection” n’est pas un vain mot pour vous garantir le meilleur dans nos magasins!

Quelle liste chers amis !

– Maison Decelle-Villa à Nuits-Saint-Georges (pas moins de 12 vins classés *Grande Réussite et Réussite* !!)
– Domaine Pierre-Jean Villa à Chavanay (*Réussite Exceptionnelle* & *Réussite*)
– Domaine Alphonse Mellot à Sancerre (*Réussite Exceptionnelle*)
– Domaine La Madura à Saint-Chinian (*Grande Réussite*)
Mas Foulaquier à Pic Saint-Loup (*Réussite Exceptionnelle*)
Mas Amiel à Maury (Légende classé *Réussite Exceptionnelle* et Charles Dupuy *Grande Réussite.)
• pas que des “sucres” à Maury, maintenant des grands vins secs…
– Château Barbanau à Cassis (*Réussite*)
Clos Canarelli à Figari (*Réussite Exceptionnelle*)
Domaine Gentile à Patrimonio (*Réussite*)
Clos Teddi à Patrimonio (*Réussite*)
– Domaine Yves Leccia à Poggio d’Oletta (*Réussite*)
– Maison Julien Pilon à Chavanay (*Réussite Exceptionnelle* & *Réussite*)
– Domaine Alain Voge à Cornas (*Réussite Exceptionnelle*)
– Château Mont-Thabor à Châteauneuf-du-Pape (*Réussite Exceptionnelle* & Coup de Coeur!)
• quel plaisir de voir Daniel Stehelin sortir de l’anonymat au côté de …Rayas
Château Brondelle en Graves (*Réussite*)
– Domaine Bott-Geyl à Beblenheim (*Réussite Exceptionnelle*)